LÉGAL Émile, Isidore

Par Claude Pennetier, Michèle Rault, Nathalie Viet-Depaule

Né le 16 décembre 1852 à Cendras (Gard), mort le 11 juillet 1920 à Besançon (Doubs) ; cheminot PLM à Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne) ; militant socialiste ; conseiller municipal d’Ivry-sur-Seine (1919-1920).

Fils d’un propriétaire, Émile Légal, employé à la Compagnie PLM, était un vieux militant du Parti socialiste unifié. Il avait participé à la création du groupe du XIIe arrondissement de Paris et s’était présenté aux élections municipales de 1880. Affecté dans le Doubs, il fut conseiller municipal socialiste de Morteau où il avait fondé une coopérative.

Membre de la Libre-pensée et de la Ligue des droits de l’Homme, il vint, avant la Première Guerre mondiale, habiter Ivry-sur-Seine. Trésorier de la section socialiste d’Ivry, il en aurait, selon un témoin, été un temps mis à l’écart pour avoir accepté de figurer sur une affiche appelant à l’Emprunt pendant la Première Guerre mondiale. Il retrouva cependant, comme socialiste, un fauteuil de conseiller le 7 décembre 1919 dans le quartier du Port. Élu deuxième adjoint quelques jours plus tard, il fit partie des commissions des finances, de l’instruction, de l’hygiène et de la salubrité. Il écrivit alors une brochure intitulée Ébauche de la réalisation prochaine d’une société communiste. Il rappelait que depuis 1912 la section d’Ivry demandait la nomination d’une « commission spéciale qui serait chargée de préparer un projet d’organisation de la Société collectiviste ou communiste, pouvant être appliqué immédiatement à la suite de la disparition de la Société capitaliste actuelle ». Ne voyant pas ce souhait se réaliser : « Comme le temps passe, que je n’ai peut-être plus de longs jours à vivre, après avoir milité une cinquantaine d’années pour le socialisme où j’ai employé tous mes instants disponibles et toutes mes veilles, pendant que j’ai encore mes facultés cérébrales, je crois de mon devoir de ne pas attendre davantage ». Et Légal, en s’appuyant sur la brochure de Lucien Deslinières, Comment se réalisera le socialisme, défendit un projet de société entièrement collectiviste, sans propriété personnelle sauf des vêtements et des meubles et où serait appliqué la rémunération unique. En annexe figurait un projet de calendrier ouvrier.

Émile Légal mourut en cours de mandat, dans sa famille. Ses dernières volontés prévoyaient que sa brochure soit distribuée gratuitement dans les sections socialistes, ce qui fut fait.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article5812, notice LÉGAL Émile, Isidore par Claude Pennetier, Michèle Rault, Nathalie Viet-Depaule, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 27 septembre 2021.

Par Claude Pennetier, Michèle Rault, Nathalie Viet-Depaule

ŒUVRE : Ébauche de la réalisation prochaine d’une société communiste, 1920, 31 p.

SOURCES : Arch. Paris, DM3 ; versement 10451/76/1 ; listes électorales et nominatives. — Arch. com. Ivry. — État civil de Cendras et de Besançon. — l’Humanité, 15 juillet 1920. — Jean Lojkine, Nathalie Viet-Depaule, Classe ouvrière, société locale et municipalités en région parisienne, CEMS, 1984. — Témoignage d’Edmond Provins. — David Lamoureux, Les grandes grèves des cheminots de l’Hérault en 1920, Mémoire de Maîtrise, UFR LASH, Nice, 1998.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément