DUMONT François

Né le 5 octobre 1840 à Neuilly-sur-Seine (Seine) ; demeurant à Paris, 58, rue de Chazelles (XVIIe arr.) ; journalier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire. Soldat au 106e régiment de ligne en 1870, il avait été libéré avec un certificat de bonne conduite.
Pendant le 1er Siège de Paris, il servit comme remplaçant. Son régiment licencié le 14 mars 1871, il resta à Paris et s’engagea, au début de l’insurrection, dans la 3e compagnie de marche du 155e bataillon de la Garde nationale ; il fut nommé sous-lieutenant. Son frère servait dans la même compagnie. Arrêté le 23 mai, près de l’avenue de Saint-Ouen, il fut condamné, le 17 février 1872, par le 2e conseil de guerre, à la déportation simple et à la dégradation militaire. Détenu un temps à Quélern, il fut noté pour son indiscipline. Il arriva à Nouméa le 8 décembre 1873. Le 24 juillet 1876 il vit sa peine commuée en huit ans de détention puis remise le 12 avril 1878. Il était rentré par le Navarin l’année précédente.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article58261, notice DUMONT François, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 6 mai 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/770, BB 24/784 et BB 27. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément