DUMONTET Louis, Marie, Césaire, Benoni

Né le 25 février 1827 à Barbezieux (Charente) ; demeurant à Paris, 5, passage Dubois (XIXe arr.) ; journalier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, père de trois enfants. Il avait servi quatorze ans dans l’armée ; il fut élu lieutenant à la 8e compagnie du 134e bataillon de la Garde nationale et conserva ce grade sous la Commune de Paris. Il ne fit aucun service de guerre, mais on l’accusa de complicité dans l’exécution, le 24 mai 1871, du sieur Dubois, propriétaire du passage de ce nom : selon sa propre servante, Dubois aurait refusé aux fédérés l’autorisation de s’installer chez lui pour tirer sur l’armée de Versailles, et, comme ceux-ci voulaient forcer les portes, il leur aurait jeté de l’acide sulfurique. Louis Dumontet nia toute participation, mais la servante le reconnut comme l’un des assaillants. La femme de Dubois était devenue « folle de douleur » et était enfermée à la Salpêtrière ; sa mère, âgée de 70 ans, vivait à Bordeaux avec ses deux enfants, aidée par la charité publique.
Louis Dumontet fut condamné, le 15 mars 1872, par le 14e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée et à la dégradation civique ; il arriva à Nouméa le 4 mai 1873. Sa peine lui fut remise le 15 janvier 1879.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article58276, notice DUMONTET Louis, Marie, Césaire, Benoni, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 7 mai 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/752. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément