DUPUIS Jean

Né vers 1825 ; tailleur lyonnais ; membre de l’Internationale à Lyon (Rhône).

Jean Dupuis habitait, 22, rue Duquesne, à Lyon. En mars 1867, il figura parmi les signataires d’un manifeste de la section lyonnaise de l’AIT aux autres sections. Voir Bevillard.
Lors de la grève des ouvriers puddleurs et chauffeurs de la fabrique de fer de la Société Cockerill, à Seraing (Belgique), une intervention de la troupe (9-12 avril 1869) entraîna des scènes d’émeute. Dupuis Jean fut un des onze délégués de la section lyonnaise de l’Association Internationale des Travailleurs signataires d’une adresse de solidarité aux membres du Conseil général des sections belges de l’Internationale. Cette adresse soulignait qu’il n’y aurait « pas de liberté, pas de fraternité, pas de paix possibles sans l’extirpation des racines mêmes du mal social, sans l’établissement de la solidarité humaine dans l’égalité économique ».
Après la disparition de la plupart des sections lyonnaises, en 1868, Dupuis fit partie de la Commission d’initiative chargée de la réorganisation de l’Internationale à Lyon, et, le 25 janvier 1870, il fut désigné avec Bret, Michallet, Pichot et Pulliat pour s’occuper des questions de contrôle.
Le 13 mars, il fut nommé membre de la Commission fédérale de quinze militants qui succéda à la Commission d’initiative — Voir Léo Busque. Il était prévu que cette Commission fédérale serait renouvelée annuellement en assemblée générale ; deux délégués par corporation adhérente devaient être adjoints aux quinze membres élus.
Poursuivi en avril 1870 en raison de son appartenance à l’Internationale, il bénéficia de l’amnistie lors de la proclamation de la République.
Voir H. Richard.
Il était marié, père de trois enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article58389, notice DUPUIS Jean, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 10 mai 2019.

SOURCES : Arch. PPo., B a/439. — Arch. Mun. Lyon, I 2/55, pièce 14. — Testut, L’Internationale, op. cit., pp. 170 à 172, 239-240. — L’Internationale, 2 mai 1869, 23, 30 janvier, 27 mars 1870.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément