DUPUIS Léon, Désiré

Né le 25 janvier 1832 à Aviaines (?) (Somme) ; domicilié à Boulogne-sur-Mer ; commis de recettes ; communard.

Marié, père d’un enfant, il vivait en concubinage. Il avait servi dix ans dans les chasseurs à pied et été deux fois cassé de son grade de caporal pour inconduite, mais avait été cité à l’ordre du jour pendant la guerre de Crimée et blessé devant Sébastopol ; il avait été réformé en 1859 avec une pension de 600 f.
Il vint s’établir peu après à Paris ; à la déclaration de guerre, il s’engagea aux volontaires Lafont-Mocquard et fut licencié au Havre après l’armistice ; il avait grade de sous-lieutenant. Il vint à Paris et, au début de la Commune, se fit incorporer au 2e bataillon des Vengeurs où il fut nommé capitaine de la 1re compagnie. Il dit être rentré à son domicile le 23 mai 1871 ; « le 27 mai il s’est mis à la disposition des autorités régulières pour rechercher les insurgés ».
Devenu peu après commissaire de police à Bergs (?) Pas-de-Calais sur une nomination non ratifiée, il s’établit à Boulogne-sur-Mer où il fut arrêté le 20 novembre 1872. Le 10e conseil de guerre le condamna, le 28 décembre 1872, à la déportation simple ; peine commuée, le 13 janvier 1875, en dix ans de détention, puis remise le 12 mars 1878, après une première réduction de deux ans en 1876. « Paralysé des membres inférieurs, il n’avait pas quitté l’infirmerie de la prison depuis son arrivée de Quélern à Thouars, le 13 octobre 1874 », écrivait le directeur de la prison le 8 février 1878.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article58392, notice DUPUIS Léon, Désiré, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 10 mai 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/786, BB 27 et H colonies 79.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément