DUTAQUE Louis, Jules, Alexandre

Né le 20 mai 1834 à Evry-sur-Seine (?) (Seine-et-Oise) ; demeurant, 12, rue Beaubourg, à Paris, IVe arr. ; chapelier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire. Il avait été poursuivi pour vol et condamné, le 29 août 1845, à la maison de correction jusqu’à l’âge de dix-huit ans ; dès sa libération, il vola à nouveau et subit trois condamnations, en 1851, pour ce délit, et, de 1854 à 1865, huit autres condamnations de huit jours à six mois de prison, dont trois pour rébellion contre agents de la force publique, trois pour rupture de ban, une pour coups et blessures volontaires ; la dernière, pour délit de chasse et vagabondage, le plaça pour cinq ans sous la surveillance de la haute police.
Pendant le 1er Siège de Paris, il appartint à la 2e compagnie de marche du 96e bataillon de la Garde nationale ; après le 18 mars 1871, il fut — dans le courant d’avril, selon lui — nommé sergent.
Le 19e conseil de guerre le condamna, le 24 février 1873, à la déportation simple. Il arriva à Nouméa le 9 août 1874. Amnistié en 1879, il rentra par le Navarin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article58519, notice DUTAQUE Louis, Jules, Alexandre, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 14 mai 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/791. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément