FABRE Antoine

Né le 24 mai 1834 à Moulins (Allier) ; mécanicien ; communard, membre du Comité central de la Garde nationale, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Célibataire, il vivait en concubinage ; d’abord contremaître d’usine à Berthecourt (Oise), il eut ensuite quelques ouvriers à son compte. Il avait quitté Berthecourt, en 1869, avec un passif de 4 000 F et en emportant furtivement son mobilier et ses outils. Venu à Paris, il y travailla comme mécanicien.
Au début du Siège de Paris par les Prussiens, il était lié avec des membres futurs de la Commune, Léo Melliet, Passedouet. Ce dernier le chargea d’organiser deux compagnies devenues ensuite le noyau du 101e bataillon de la Garde nationale. Il devint capitaine de l’une des compagnies, et, le 16 novembre 1870, passa capitaine d’habillement au 101e. Il participa au 31 octobre et au 22 janvier. Dans le courant de février 1871, il fut, de son aveu, nommé membre du Comité central (Commission médicale), comme représentant du XIIIe arr. D’après un rapport, il aurait participé, le 3 mars, à une manifestation aux Gobelins.
Dans la nuit du 18 au 19 mars, Antoine Fabre donna ordre aux Ve et XIIIe arrondissements de prendre possession des forts de Bicêtre, Ivry et Choisy-le-Roi. Le 19, il signa l’ordre d’occuper les Tuileries ; il continua par la suite à être très actif. Il habitait avec sa concubine, la femme Cottin, à l’hôtel Sébastiani, 192, rue de Rivoli, dépendance des Travaux publics. Il exerça les fonctions de colonel d’habillement, sans doute sous l’autorité des frères May. Le 6 mai, après désorganisation du service de l’habillement, il fut nommé membre de la Commission médicale. Il fut arrêté le 1er août 1871.
Le 4e conseil de guerre le condamna, le 27 août 1872, à la déportation dans une enceinte fortifiée et à la privation de ses droits civiques. Il arriva à Nouméa le 28 septembre 1873. Le 23 juillet 1877, sa peine fut commuée en déportation simple, puis remise le 20 mars 1879. Il rentra par la Creuse.

Y a-t-il identité avec le militant de l’AIT François Fabre ?

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article58771, notice FABRE Antoine, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 31 janvier 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/787, BB 27 et H colonies 80. — Arch. PPo., listes de contumaces. — P. V. Commune, op. cit., 28 mars et 16 avril. — Murailles... 1871, op. cit., pp. 537 et 545. — Notes de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément