FALTOT Ludwig, Désiré, Gaston

Par Notice complétée par Marianne Enckell

Né le 16 août 1841 à Lons-le-Saunier (Jura) ; fils de Nicolas Faltot ; conducteur de travaux (il est dit « architecte » dans un rapport de police) ; lieutenant-colonel d’état-major sous la Commune de Paris.

Ludwig Faltot avait servi de 1861 à 1868 comme sapeur au 3e régiment du génie, puis au 99e de ligne. En 1868-1869, il habitait, 39, rue Violet (XVe arr.). À la guerre, il reprit du service à son ancien régiment et fut pendant le Siège au 82e bataillon, 10e compagnie, avec grade de sous-lieutenant. Il fréquentait alors les réunions publiques où son père était orateur et il habitait avec celui-ci, 8, rue Beuret.
Élu, le 13 mars 1871, délégué au Comité central par les officiers de son bataillon, il fut promu en avril capitaine d’état-major, puis lieutenant-colonel ; il était chargé — sous les ordres de son père — du service topographique et du casernement à Vincennes. Le 22 avril, mal reçu par Rossel, il protesta et menaça ; il fut alors arrêté et conduit au ministère de la Guerre, d’où le vif incident qui opposa son père à Cluseret. Libéré du Cherche-Midi, réfugié à Vincennes le 21 mai, il fut arrêté le 29 et relâché par erreur, ce qui lui permit de gagner la Belgique, puis Londres ; il se trouvait en 1872 à Vilna (Pologne). Il vécut également en Suisse, à Genève, où il se maria par deux fois, en 1876 et 1879, et où il dirigea les travaux de construction du Grand Théâtre.
Le 3e conseil de guerre l’avait condamné par contumace, le 16 août 1872, à la déportation dans une enceinte fortifiée. En 1879, au retour de l’exil, il vint chercher son père et gagna avec lui la Suisse.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article58832, notice FALTOT Ludwig, Désiré, Gaston par Notice complétée par Marianne Enckell, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 24 mai 2019.

Par Notice complétée par Marianne Enckell

SOURCES : Arch. Min. Guerre, 3e conseil (n° 563). — Arch. PPo., condamnés par contumace. — L. Descaves, Philémon..., op. cit., p. 268. — Archives d’Etat de Genève : Base Adhémar : E.C. rép 2.20 - Mariages - 1876-1880- A-Fo, — Note de Marianne Enckell.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément