FAVY Étienne

Né à Aurillac (Cantal) le 27 mai 1841 ; mort le 11 avril 1890 à New Rochelle (État de New York) ; ouvrier fondeur en bronze, puis tailleur de pierres ; communard.

Étienne Favy était marié.
Colonel et chef de la XIe légion sous la Commune de Paris, servant sous les ordres de Jaroslaw Dombrovsky, il fut souvent présent aux avants-postes. Le 11 mai 1871, il eut son képi transpercé par une balle à la barricade de la rue Peyronnet à Neuilly. Le 19 mai, il signala que les obus tirés par les pièces de Montmartre tombaient souvent dans les tranchées et sur les barricades des fédérés.

Il fut condamné par contumace, le 14 novembre 1872, par le 5e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée.
Réfugié à Strasbourg après la défaite de la Commune, il gagna ensuite la Belgique le 28 septembre 1876. Il habitait Bruxelles en 1879.
Il partit l’année suivante pour les États-Unis et arriva à New York le 15 juillet 1880.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article58949, notice FAVY Étienne, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 30 juin 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/863 et BB 27. — Arch. PPo., listes de contumaces. — P.V. Commune, op. cit., comité secret du 4 mai. — L. Descaves, Philémon..., op. cit., p. 269. — Arch. Gén. Roy. Belgique, dossier de Sûreté n° 309103 (en 1880). — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Les Communards en exil. État de la proscription communaliste à Bruxelles et dans les faubourgs, Bruxelles, 1971. — Notes de M. Cordillot. — Michel Cordillot (coord.), La Commune de Paris 1871. L’événement, les acteurs, les lieux, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier, janvier 2021.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément