FILLEAU DE SAINT-HILAIRE Anatole, Napoléon

Par Pierre-Henri Zaidman

Né le 20 novembre 1846 à Pessac (Gironde) ; écrivain de marine ; domicilié 73, rue Saint-Dominique (Paris, VIIe arr.) ; communard, agent au service des Versaillais ?

Fils d’un contrôleur en chef de la Compagnie du Canal de Suez et frère d’Henri Edmé Constant, Filleau de Saint-Hilaire avait travaillé à la compagnie de l’Isthme de Suez et à la Compagnie de l’Ouest. Pendant la guerre avec la Prusse, il servit dans les zouaves de la garde puis dans le 128e régiment de marche et prit part à la bataille de Champigny et à celle de Brie-sur-Marne, où il fut blessé par un éclat d’obus. Il fut déclaré déserteur le 6 février 1871 car il n’avait pas rejoint son unité après son hospitalisation.
Après le 18 mars 1871, il s’engagea comme lieutenant aux Vengeurs de Paris dont son frère avait le commandement, puis devint lieutenant à l’état-major de Bergeret. « Il chercha dès lors à se rendre utile au gouvernement régulier en recueillant les renseignements » qui étaient transmis au capitaine de la garde mobile, Louis-Barthélémy Denis de Rivoyre qui lui avait promis l’impunité. À l’entrée des Versaillais, il se cacha chez sa maitresse puis travailla à la Compagnie des chemins de fer de l’Ouest.
Il fut arrêté le 14 novembre 1874 à Saïgon (Indochine) où il exerçait comme écrivain de marine, il ne put produire de témoignages convaincants et le 4e conseil de guerre le condamna, le 29 avril 1875, à un an de prison « pour port d’uniforme militaire dans un mouvement insurrectionnel ». Il avait été condamné par contumace, une première fois, le 11 octobre 1873, par le même conseil, à la déportation dans une enceinte fortifiée pour « avoir exercé un commandement dans des bandes armées ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article59108, notice FILLEAU DE SAINT-HILAIRE Anatole, Napoléon par Pierre-Henri Zaidman, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 21 avril 2021.

Par Pierre-Henri Zaidman

SOURCES : Arch. Min. Guerre, GR 8 J 150 (1360), GR 8 J 162 (1757) et GR 8 J 163 (2023). — Arch. Nat., BB 24/815. — Arch. PPo., listes de contumaces et listes d’amnistiés. — Gazette des Tribunaux, 2 mai 1875. — Le Figaro, 3 mai 1875.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément