BAUDRU Raoul, François

Par Christian Chevandier

Né en avril le 16 octobre 1908 en Avignon (Vaucluse), mort le 19 août 1986 au Pertuis (Vaucluse) ; employé puis chef de bureau ; secrétaire général de l’Union Sud-Est et membre du bureau de la Fédération FO des cheminots (1950-1964).

Fils d’un employé, Raoul Baudru suivit des études après le certificat d’études primaires afin de devenir employé de bureau, puis occupa divers emplois de cette qualification avant d’être embauché par le PLM aux ateliers d’Oullins (Rhône) en 1926. Il gravit alors les échelons de la filière bureau (employé, employé principal, sous-chef de bureau, chef de bureau à quelques mois de la retraite).
Militant socialiste SFIO au début des années 1930, il se maria en avril 1932 avec Paulette Reynaudy, fille d’un métallurgiste syndicaliste des ateliers, lui aussi originaire du Vaucluse. Militant du syndicat confédéré, puis dès fin 1934 membre du bureau du syndicat réunifié, il en fut un des secrétaires de janvier 1936 à 1939. Membre du bureau de l’Union syndicale, il participa aux discussions avec la direction du PLM à propos de l’application des 40 heures. Secrétaire du syndicat légal des ateliers sous l’Occupation jusqu’en 1943, il représenta la Fédération CGT au sein de la Commission provisoire d’organisation prévue par la loi du 24 février 1943 instituant la Charte des cheminots. Il quitta Oullins en mars 1944 pour une place à la direction du réseau à Paris, et continua à militer, intervenant par exemple au congrès fédéral de la Fédération à la Mutualité en février 1944.
Exclu en 1945 de la CGT et de la SFIO, il fut début juillet 1947 un des premiers signataires de l’appel du Comité d’action syndicaliste pour la création d’un nouveau syndicat, puis participa aux congrès constitutifs de la Fédération syndicaliste (décembre 1947), de la Fédération Force ouvrière des cheminots (mars 1948) dont il devint membre du conseil national et enfin à celui de la Confédération. Secrétaire de l’Union Sud-Est en 1948, il en fut secrétaire général de 1950 à 1964. Il siégea au bureau fédéral entre 1950 et 1958, au secrétariat fédéral de 1958 à 1964.
Mettant à profit sa formation professionnelle, il s’intéressait dès l’entre-deux-guerres aux aspects réglementaires de l’activité syndicale et participait après la création de Force ouvrière aux travaux de nombreuses instances et commissions : commission mixte des primes du personnel sédentaire en 1948, commission confédérale des salaires et des conventions collectives en 1954. En 1959, il fut désigné administrateur de la RATP. Il s’intéressa également à la dimension internationale du syndicalisme, représenta en septembre 1936 son syndicat au Rassemblement international pour la paix à Bruxelles et fut en 1956 membre d’une mission CFTC-CGC-FO qui partit étudier en Angleterre les modalités de règlement des conflits du travail dans les chemins de fer, mission au demeurant retardée par la grève des cheminots anglais. Il représenta la Fédération à plusieurs reprises dans les congrès de la Fédération internationale des transports. Pouvant faire preuve d’un certain charisme, il se rendit à Oullins (Rhône) en février 1957 pour tenter de résoudre une crise au sein du syndicat FO des Ateliers.
Il prit sa retraite à l’été 1964 dans sa Provence natale et mourut le 19 août 1986 au Pertuis (Vaucluse). Mélomane, il avait des talents de pianiste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article596, notice BAUDRU Raoul, François par Christian Chevandier, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 12 mai 2012.

Par Christian Chevandier

SOURCES : Arch. Fédération CGT-FO des cheminots. — Dossiers de la sous-commission d’épuration d’Oullins. — Comptes rendus des congrès fédéraux et confédéraux. — Procès-verbaux du syndicat des cheminots d’Oullins déposés à la région CGT Rhône-Alpes. — Le Rail syndicaliste, 1948-1964, octobre-novembre 1986. —DBMOF, tome 18, p. 248 (Maurice Moissonnier). — Comptes rendus des congrès confédéraux FO de 1950 à 1961. — Notes de Louis Botella, de Marie-Louise Goergen et de Noël Mazet. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément