FRONGNET Henri, Alfred

Né le 25 octobre 1834 à Reims (Marne) ; demeurant à Paris, 2, impasse de la Grosse-Bouteille (XVIIIe arr.) ; maçon ; communard.

Il était marié, sans enfant. Il ne savait, disait-il, ni lire, ni écrire. Il fut condamné, en 1858, à huit jours de prison pour abus de confiance, et, en 1863, à huit jours de prison également pour violences envers des agents à Paris.
Depuis octobre 1870, il était simple garde dans la 9e compagnie sédentaire du 169e bataillon de la Garde nationale et fut élu, sous la Commune de Paris, caporal dans la même compagnie. Fin mars 1871, il alla à Issy et, le 2 avril, à Neuilly ; il serait rentré chez lui le 19 mai. Il fut arrêté le 23.
Le 15 avril 1872, le 26e conseil de guerre le condamna à un an de prison et à cinq ans de surveillance. À sa libération, il alla habiter Bruxelles.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article59648, notice FRONGNET Henri, Alfred, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 25 juin 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/745. — Arch. Gén. Roy. Belgique, dossier de Sûreté, n° 263030 (en 1880). — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Les Communards en exil. État de la proscription communaliste à Bruxelles et dans les faubourgs, Bruxelles, 1971.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément