FROT Léon, Joachim

Né le 21 mars 1824 à Paris ; y demeurant, 2, « passage d’Angoulême-du-Temple » (sic), XIe arr. ; ébéniste ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie, mort en détention.

Il était marié, sans enfant. Il servit, pendant le Siège, à la 3e compagnie de marche du 173e bataillon de la Garde nationale comme lieutenant et continua à servir sous la Commune de Paris ; il aurait été capitaine avant le 18 mars 1871.
Le 16e conseil de guerre le condamna par contumace à la déportation dans une enceinte fortifiée ; il s’était réfugié en Belgique, puis, arrêté, fut écroué aux Chantiers, en 1874, et condamné, le 28 janvier 1874, par le 3e conseil de guerre, à la déportation simple ; il arriva à Nouméa le 4 janvier 1875. Sa peine fut commuée, le 19 décembre 1876, en huit ans de détention, et remise en 1879, mais il était mort à bord du Tage le 9 juin 1877.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article59651, notice FROT Léon, Joachim, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 25 juin 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/802 et H colonies 81. — Arch. PPo., listes de contumaces. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément