GALLIEN Louis, Auguste

Né le 13 décembre 1831 à Craponne-sur-Arzon (Haute-Loire) ; demeurant à Paris, 6, rue Charlot (IIIe arr.) ; employé dans la chapellerie ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, sans enfant. Il fut, en 1871, commandant du 55e bataillon fédéré, en service à la redoute du Moulin-Saquet. On l’accusa d’avoir donné, vendu ou divulgué le mot d’ordre à l’ennemi, ce qui permit à celui-ci d’occuper la redoute dans la nuit du 3 au 4 mai. La redoute fut reprise presque aussitôt par le commandant Quiniou à la tête du 133e bataillon. Louis Gallien, arrêté le 4 mai, fut aussitôt incarcéré à Rochefort.
Il fut condamné — ce qui tend à prouver que l’accusation était fausse — le 2 janvier 1872, par le 17e conseil de guerre, à la déportation simple ; il arriva à Nouméa le 25 septembre suivant. Amnistié, il rentra par la Picardie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article59775, notice GALLIEN Louis, Auguste, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 30 juin 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/823. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — J.O. Commune, op. cit., 5 mai 1871. — Louis Bretonnière, Roger Pérennès, L’Internement des prévenus de la Commune à Rochefort, Nantes, 1995. — Notes de M. Cordillot. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément