GALLUÉE François

Né le 8 septembre 1829 à Pesmes (Haute-Saône) ; demeurant à Paris, 22, passage du Saumon (XXe arr.) ; garçon de magasin ; communard.

Il était marié, père de deux enfants. Il servit dans le 3e régiment du génie, du 30 mars 1854 au 31 décembre 1856 ; il fit la campagne de Crimée, y gagna la médaille de la reine d’Angleterre et un certificat de bonne conduite à sa libération.
Pendant le 1er Siège, il fut concierge dans le quartier de Montrouge, XIVe arr., et garde à la 7e compagnie du 146e bataillon ; sous la Commune de Paris et jusqu’au 28 avril 1871, il remplit les fonctions de capitaine ; fin avril, il ne reparut plus à son bataillon ; les derniers jours de la lutte, il se cacha et aida des jeunes gens à se soustraire au service de la Commune.
Le 12e conseil de guerre le condamna par contumace, le 10 septembre 1872, à la déportation dans une enceinte fortifiée ; il se fixa à Cureghem — aujourd’hui Anderlecht ; sans doute revint-il en France et le 3e conseil de guerre prononça contre lui la peine de cinq ans de bannissement le 29 avril 1873, puis deux ans et demi de prison pour rupture de ban le 19 juin 1876.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article59794, notice GALLUÉE François, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 1er juillet 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/797 et 866. — Arch. PPo., listes de contumaces. — Arch. Gén. Roy. Belgique, dossier de Sûreté n° 267270 (en 1880). — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Les Communards en exil. État de la proscription communaliste à Bruxelles et dans les faubourgs, Bruxelles, 1971.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément