GASNIER Pierre, Georges, Théodule

Né le 23 avril 1835 à Authon-du-Perche (Eure-et-Loir) ; demeurant à Paris, 29, rue Duranton (XVe arr.) ; fumiste ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, père d’un enfant. Il avait été condamné, le 2 décembre 1856, à deux mois de prison pour vol. Engagé volontaire pour la durée de la guerre, il appartint au 137e régiment de ligne. Fin janvier 1871, il abandonna son régiment sans attendre sa libération.
Lorsque l’insurrection éclata, il s’enrôla dans la 4e compagnie de marche du 142e bataillon de la Garde nationale. Il sortit de Paris, le 22 avril, et alla dix jours à Neuilly. Le 23 mai, il quitta sa femme « alors mourante » et se dirigea, en uniforme et en armes, vers la gare du Nord ; il fut arrêté quelques instants après.
À Neuilly, il aurait pillé des maisons inhabitées. Les renseignements recueillis sur son compte étaient très défavorables. Le 18e conseil de guerre le condamna, le 17 mai 1872, à vingt ans de travaux forcés et à 200 F d’amende. Il arriva à Nouméa le 24 octobre 1872. Le 4 janvier 1878, il obtint une remise de dix ans, puis, le 15 janvier 1879, remise du reste de sa peine. Il rentra par la Loire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article59956, notice GASNIER Pierre, Georges, Théodule, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 5 juillet 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/762 et BB 27. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément