GAUTHEROT Jean-Baptiste

Né le 3 mai 1828 à Chassey-lès-Scey (Haute-Saône) ; demeurant à Paris, 62, boulevard de l’Hôpital (XIIIe arr.) ; ouvrier chocolatier ; communard.

Il était marié, sans enfant. Il avait servi dans l’armée, du 27 décembre 1850 au 31 décembre 1863. Il fut blessé deux fois, fit treize campagnes et reçut les médailles de Crimée et d’Italie. Quand il fut libéré, il était caporal dans le 3e régiment de grenadiers de la garde et obtint un certificat de bonne conduite.
Pendant le 1er Siège de Paris, il fut élu lieutenant dans la 2e compagnie du 133e bataillon de la Garde nationale. Il était malade lors du 18 mars 1871. Vers le 11 avril, pleinement rétabli, il aurait pu travailler à l’usine Lombard où il avait été employé, mais il préféra entrer comme simple garde dans son ancienne compagnie et il fut élu de nouveau lieutenant dans une compagnie sédentaire. Il se cacha du 24 au 28 mai.
Le 9e conseil de guerre le condamna, le 19 février 1872, à trois ans de prison, à dix ans de privation de ses droits civiques et à cinq ans de surveillance ; le 12 décembre 1874, il obtint la remise du reste de sa peine, mais avec maintien de la suspension des droits civiques et des cinq ans de surveillance de la police.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article60049, notice GAUTHEROT Jean-Baptiste , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 8 juillet 2019.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/740.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément