GAUTHIER Louis, Eugène, Théogène

Né le 13 avril 1834 à Friville-Escarbotin (Somme) ; chiffonnier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était veuf, père d’un enfant. Il avait subi, avant 1870, quatre condamnations : pour coups et rébellion, banqueroute simple et abus de confiance.
Il fut, sous la Commune de Paris, lieutenant-colonel de la Légion alsacienne formée au Champ de Mars « à l’entrée des troupes » (mai ?). Il était délégué du 314e bataillon.
Le 5e conseil de guerre le condamna par contumace, le 11 septembre 1872, à la déportation dans une enceinte fortifiée ; il résidait alors dans le canton de Genève d’où il fut expulsé ; il se présenta alors de lui-même et vit sa peine commuée, le 11 novembre 1873, par le 3e conseil, en déportation simple. Il arriva à Nouméa le 9 août 1874. Amnistié, il rentra en 1879 par le Navarin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article60074, notice GAUTHIER Louis, Eugène, Théogène, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 21 novembre 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/842. — Arch. Min. Guerre, 5e conseil. — Arch. PPo., B a/431, pièces 786 à 791 et listes de contumaces. — Arch. fédérales (Berne). Flüchtlinge, carton 53, cote actuelle. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément