GÉRARD Jules, Victor

Né le 11 novembre 1842 à Paris ; employé de commerce ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, sans enfant. Ancien sergent du 47e régiment de ligne, il avait été libéré en janvier 1867 avec un certificat de bonne conduite.
Pendant le 1er Siège, il appartint au 109e bataillon de la Garde nationale en qualité de lieutenant. Il donna sa démission au moment de l’armistice. Le 26 mars 1871, sans ressources, dit-il, il se fit incorporer comme simple garde dans le 109e bataillon et, le 26 avril, il fut élu chef de son bataillon. Le 6 mai, il alla à Levallois-Perret et y resta six jours ; le 20 mai, il se rendit au Trocadéro ; le 22 ou le 23, il regagna les Batignolles et ne semble plus avoir pris part à la lutte.
Le 3e conseil de guerre le condamna, le 15 mars 1872, à la déportation simple ; il arriva à Nouméa le 8 décembre 1873. Le 7 juillet 1876, sa peine fut commuée en cinq ans de détention. Il rentra, en 1877, par le Navarin ; le 26 juin 1878, le droit de surveillance de la police fut levé.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article60246, notice GÉRARD Jules, Victor, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 14 juillet 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/756 et BB 27. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément