GILSON Alphonse, Prosper

Né le 8 juillet 1835 à Charleville (Ardennes) ; demeurant à Paris, depuis 1852, il habitait, en 1871, 18, passage Moutier ; forgeron ; communard.

Il était célibataire. Il fut condamné, le 23 décembre 1868, par le tribunal correctionnel de Pontoise, à quinze jours de prison pour coups et blessures.
Pendant le 1er Siège, il appartint à la 3e compagnie de marche du 164e bataillon de la Garde nationale et il y resta après le 18 mars 1871. Il fit, « d’après lui », une seule sortie, fin avril, à Neuilly. Il fut fait prisonnier le 27 mai par les Prussiens, porte de Belleville, alors qu’il était en civil et sans armes.
Le 13e conseil de guerre le condamna, le 27 mars 1872, à la déportation simple et à la privation de ses droits civiques. Le 13 juillet 1872, sa peine fut commuée en quatre ans de prison, avec maintien de la privation de ses droits civiques. Il prit part aux troubles de Landerneau en janvier 1873, mais était bien noté en août 1874.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article60407, notice GILSON Alphonse, Prosper, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 18 juillet 2019.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/743.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément