GIRON François

Né le 21 août 1820 (1821, ou 1824) à Bussac (Charente-Inférieure) ; demeurant à Paris, 242, rue de Vaugirard ; journalier ; communard, mort en détention.

Il était marié, sans enfant ; ancien militaire retraité devenu sergent au 156e bataillon de la Garde nationale pendant le 1er Siège. Il prétendit avoir rendu ses galons sous la Commune de Paris ; le 14 mai 1871, il alla au fort de Bicêtre et rentra le 25 à Paris ; il fut fait prisonnier par les Prussiens, porte de Romainville, et fut livré à Versailles ; incarcéré à Rochefort, on le dit d’opinions politiques exaltées, médaillé des campagnes d’Italie et de Crimée, peu intelligent.
Le 7e conseil de guerre le condamna, le 20 décembre 1871, à la déportation simple ; sa peine fut commuée, le 19 juin 1872, en cinq ans de prison avec dégradation civique ; le reste lui fut remis le 13 novembre 1875. Il était mort à la maison centrale de Landerneau (Finistère) le 24 août de la même année.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article60499, notice GIRON François, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 28 juillet 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/748. Arch. Mun. Brest (Finistère), État-civil. — Note de G.-M. Thomas. — Louis Bretonnière, Roger Pérennès, L’Internement des prévenus de la Commune à Rochefort, Nantes, 1995. — Notes de M. Cordillot.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément