GLISIÈRES Frédéric, Antoine

Né le 25 février 1835 à Millemont (Seine-et-Oise) ; demeurant à Paris, 5, rue du Départ, XIVe arr. ; terrassier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Frédéric Glisières (ou Glissières ?) était célibataire. Le 26 août 1851, il fut condamné à trois mois de prison pour vol et avoua deux autres condamnations pour coups et blessures, non portées sur l’extrait du casier. Ancien militaire, il avait passé quatorze ans dans le 38e et le 12e régiment de ligne ; il habitait Meudon et se réfugia à Paris au moment de l’investissement ; il fut incorporé dans la 1re compagnie de marche du 252e bataillon des gardes nationaux du département de Seine-et-Oise. Après le 18 mars 1871, il continua son service et fut fait prisonnier, le 28 mai, boulevard Richard-Lenoir, XIe arr.
Le 17e conseil de guerre le condamna, le 22 avril 1872, à la déportation simple ; il arriva à Nouméa le 4 mai 1873. Il obtint la remise de sa peine le 15 janvier 1879.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article60534, notice GLISIÈRES Frédéric, Antoine, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 29 juillet 2019.

SOURCES : Arch. Nat, BB 24/786. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Notes de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément