LIÉBART Charles, Paul

Par Louis Botella

Né le 18 juin 1900 à Lille (Nord), mort le 23 novembre 1984 à Lille ; ouvrier puis maître-ouvrier en chaudronnerie ; secrétaire général de l’Union Nord de la Fédération Force ouvrière des cheminots (1950-1955) ; membre du bureau fédéral (1950-1955) ; secrétaire général de l’Union locale FO de Lille ; secrétaire général adjoint de l’Union départementale CGT-FO du Nord.

Fils d’un meuleur et d’une ménagère, Charles Liébart, ouvrier puis maître-ouvrier en chaudronnerie aux ateliers du Matériel d’Hellemmes (Nord), milita très jeune au sein du syndicat CGT de cette localité et fut, dès 1928, l’un des piliers de la Bourse du Travail de Lille. À la Libération, il fut l’un des dirigeants de son syndicat puis accéda au poste de secrétaire général. Lors des événements de novembre 1947, opposant farouche au mot d’ordre de grève lancé par les majoritaires de la fédération, il fit repousser par les adhérents de son syndicat, lors d’un vote à bulletins secrets, par 1 136 voix contre 706 cet appel à la grève. La majorité du bureau du syndicat, dont Fernand Smouts et Édouard Collier, opta pour Force ouvrière et constitua, le 23 décembre de la même année, le syndicat FO dont il fut élu le secrétaire général et réélu au cours de l’assemblée générale du 30 janvier 1948.
Charles Liébart participa activement aux congrès constitutifs, en mars, de l’Union Nord et de la Fédération ainsi qu’à celui, en avril, de la confédération CGT-FO. Il fut élu en mars 1948 secrétaire de l’Union Nord et membre du conseil national, au titre de celle-ci. Les 16 et 17 avril 1950 à Longueau (Somme), au cours du second congrès, il remplaça Jean Mariage au poste de secrétaire général, fonction qu’il conserva lors des congrès suivants tenus en avril 1952 à Amiens et mai 1954 à Toulouse. Membre du bureau fédéral d’avril 1950 à juillet 1955, il manifesta son opposition, lors de la réunion du 24 avril 1951 de cette instance, au cumul des fonctions de secrétaire fédéral et de représentant de la fédération au sein du conseil d’administration de la SNCF, cumul qui fut autorisé par 21 voix contre 4.
Il partit en retraite le 1er juillet 1955 et fut remplacé à la tête de l’Union Nord par Georges Wasselin d’Amiens-Longueau. Peu de temps avant son départ à la retraite, il prit de nombreuses fonctions au sein des structures interprofessionnelles FO du département du Nord : secrétaire général adjoint de l’Union départementale du Nord, secrétaire général de l’Union locale de Lille, l’une des plus fortes au sein de la confédération FO, fonctions qu’il exerça pendant quelques années.
Il fut un des fondateurs, en octobre 1963, de la section nationale des retraités de la Fédération FO des Cheminots et fut désigné comme responsable de la section du Nord et conseiller national. Réélu à plusieurs reprises, il assura l’intérim du secrétariat général en juin 1969 et fut porté à la présidence d’honneur de la structure fédérale des retraités en juin 1973. Il fut également président de l’Association des vieux travailleurs FO du Nord. Il réduisit progressivement ses activités en raison de la maladie qui le frappa et fut amputé de la jambe droite. Il conserva néanmoins un moral à toute épreuve et continua à épauler moralement ses camarades.
Charles Liébart s’était marié en décembre 1922 à Hellemmes avec Alida Cusseau, puis remarié en mai 1928 à Lille avec Raymonde Daussy.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article6059, notice LIÉBART Charles, Paul par Louis Botella, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 8 mai 2012.

Par Louis Botella

SOURCES : Arch. Fédération CGT-FO des cheminots. — Arch. syndicat FO des cheminots d’Hellemmes. — Force ouvrière, 1er janvier 1948. — Le Rail syndicaliste, 1948, 1963, 1965. — Georges Ribeill, « Autour des grèves de 1947, les scissions de l’après-guerre au sein de la Fédération CGT (CAS, FO, FAC, FgMC) », Revue d’histoire des chemins de fer, n° 3, Mouvement social et syndicalisme cheminot, automne 1990, p. 95-113. — Comptes rendus des congrès confédéraux FO de 1948 à 1956. — Notes de Marie-Louise Goergen et de Noël Mazet. — Informations transmises par Bernard Sohet, secrétaire général de l’Union départementale FO du Nord. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément