GOETZ Florentin

Né le 13 août 1831 à Muttersholtz (Alsace) ; ancien militaire ; homme de peine ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était veuf, sans enfant. Sous-lieutenant au 158e bataillon de la Garde nationale, il resta à la barricade de la rue Forest (XVIIIe arr.) le 23 mai 1871, où, au moment de l’attaque, il fit pratiquer des ouvertures dans un mur mitoyen du cimetière Montmartre pour permettre la fuite éventuelle des communards en retraite.
Pour faits insurrectionnels, il fut condamné, le 3 octobre 1871, par le 5e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée ; il arriva à Nouméa le 2 novembre 1872. Amnistié, il rentra par le Calvados.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article60614, notice GOETZ Florentin, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 31 juillet 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/831. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Notes de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément