GOUPIL Clément, Henri, Augustin

Né le 14 février 1833 à Bais (Mayenne) ; demeurant à Paris, 3, rue du Figuier (IVe arr.) ; cordonnier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Célibataire, il vivait en concubinage. Il fut une seule fois condamné : 3 F d’amende pour injures envers un garde champêtre. Soldat de la classe 54, il avait servi dans le 22e régiment de ligne jusqu’en 1858 et avait été libéré avec un certificat de bonne conduite. Il s’engagea en 1861 dans le 101e régiment de ligne et, quelques mois plus tard, fut versé dans le 40e régiment qu’il quitta en 1868 avec un nouveau certificat de bonne conduite. Il habitait Paris depuis 1868.
Pendant le 1er Siège, il était simple garde dans la 4e compagnie de marche du 150e bataillon de la Garde nationale et il continua son service après le 18 mars 1871 comme sergent. Il sortit par la porte de Bagnolet, XXe arr., et se livra aux Prussiens.
Le 10e conseil de guerre le condamna, le 4 mai 1872, à la déportation simple et à la privation de ses droits civiques ; il arriva à Nouméa le 28 septembre 1873. Il obtint la remise de sa peine le 15 janvier 1879.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article60760, notice GOUPIL Clément, Henri, Augustin , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 5 août 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/781. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément