GRANDIDIER Jules, Eugène

Né le 19 juin 1826 à Paris ; demeurant à Paris, 17-19, rue Neuve-Saint-Médard (Ve arr.) ; propriétaire, maître de lavoir ; communard.

Il était marié, père de trois enfants. Capitaine dans le 161e bataillon de la Garde nationale, puis commandant pendant la Commune de Paris.
Le 4e conseil de guerre le condamna par contumace, le 3 février 1874, aux travaux forcés à perpétuité. Il s’était réfugié en Belgique ; puis il purgea sa contumace et sa peine fut ramenée, le 2 juillet 1874, à cinq ans de détention par le 4e conseil de guerre. Il fut détenu à Thouars (Deux-Sèvres). Sa peine fut remise de deux ans le 2 juillet 1875, puis entièrement remise le 24 juin 1876 et il fut libéré le 8 juillet suivant.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article60840, notice GRANDIDIER Jules, Eugène, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 21 août 2020.

SOURCES : Arch. Min. Guerre, GR 8 J 155 (1511) et GR 8 J 162 (1795). — Arch. Dép. Deux-Sèvres, Y 30. — Arch. Nat., BB 24/810. — Arch. PPo., listes de contumaces. — Arch. Gén. Roy. Belgique, dossier de Sûreté, n° 265440 (en 1880). — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Les Communards en exil. État de la proscription communaliste à Bruxelles et dans les faubourgs, Bruxelles, 1971. — Notes de Pierre-Henri Zaidman.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément