GRAS André

Né le 30 novembre 1833 à Siévoz (Isère) ; marchand de vins ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire.
Pendant la Commune de Paris, il fut capitaine au 60e bataillon de la Garde nationale. Pour faits insurrectionnels, il fut condamné, le 11 novembre 1871, par le 8e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée. Il arriva à Nouméa le 25 septembre 1872. Sa peine fut commuée, en 1877, en déportation simple. Amnistié en 1879, il rentra par la Picardie.
Il mourut à Paris quelques jours après son retour, début octobre 1879, à l’hôpital de la Pitié.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article60887, notice GRAS André, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 10 août 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/831 et H colonies 83. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Le Temps, 7 et 9 octobre 1879. — Notes de Louis Bretonnière et de J. Chuzeville.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément