GUILLOT Alexandre [communard]

Né le 3 juin 1832 à Pussy (Savoie) ; demeurant à Paris, 3, impasse de l’Asile-Popincourt (XIe arr.) ; cocher ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, père d’un enfant. Il fit un congé dans les chevau-légers de Montferrat, à l’armée sarde ; il habitait Paris depuis 1860.
Pendant le 1er Siège, il appartint à la 10e compagnie de marche du 180e bataillon et il continua son service sous la Commune, mais il serait resté constamment au fort de Vincennes. Il buvait, sa femme buvait plus que lui et l’abandonna ; pendant l’insurrection, elle était cantinière et « a eu à répondre de sa conduite ». Il fut arrêté chez lui, le 12 juillet 1871 ; sa conduite jusqu’en 1860 « paraît n’avoir jamais donné lieu à aucune plainte » ; dans son recours en grâce, il accusa sa femme de l’avoir entraîné.
Le 25e conseil de guerre le condamna, le 26 avril 1872, à la déportation dans une enceinte fortifiée ; le 21 novembre 1872, sa peine fut commuée en déportation simple ; le 9 mars 1877, elle fut réduite à huit ans de détention ; à l’île des Pins, il eut une bonne conduite et de bonnes mœurs, et travailla comme jardinier ; le 2 avril 1878, il obtint la remise du reste de sa peine et rentra par la Loire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article61285, notice GUILLOT Alexandre [communard], version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 25 août 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/764 et BB 27.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément