GUITTAT Louis (ou GUITAT)

Né à Dompierre-les-Ormes (Saône-et-Loire) en 1840 ; ferblantier ; membre de l’Association Internationale des Travailleurs ; participant à la Commune de Lyon.

Guittat, qui habitait, avant la Commune, 51, rue Mercière, à Lyon, était gérant du journal Le Cri du Peuple, « feuille socialiste et révolutionnaire ». « On le disait ouvrier laborieux et sobre ».
Le 1er mai 1871, après l’échec de la veille dans le quartier de la Guillotière, l’insurrection reprit à la Croix-Rousse, et une Commission exécutive dirigea l’action avec Raymond, tisseur, Pochon comptable, J. Drevet, tisseur, Blanc Gaspard et Guittat. Dans l’après-midi du même jour, elle fut vaincue, la Garde nationale n’ayant pas répondu à son appel.
Guittat fut condamné par contumace, le 13 décembre 1871, par le conseil de guerre de Lyon, à la déportation dans une enceinte fortifiée, et se réfugia à Genève où il continua à s’occuper de « menées socialistes » et fit partie du comité fédéral romand. Par ailleurs, il aurait été « grand maître d’une vente de carbonari à Genève ». L. Descaves le caractérise ainsi : « un autoritaire qui renfermait le sentiment d’une supériorité méconnue ».
Le rapport de police de mars 1879 considérait que son attitude politique était « très mauvaise » et qu’il ne paraissait « pas digne d’indulgence » ; il fut cependant gracié le 8 mai 1879.
Il était marié, père d’un enfant.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article61337, notice GUITTAT Louis (ou GUITAT), version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 28 août 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/866, n° 7878, et BB 27. — Arch. PPo., B a/438 (rapport Testut, 29 août 1875). — Arch. Dép. Rhône, série R, conseil de guerre de 1871, liasses A, D à G. — J. Guillaume, l’Internationale, t. II, p. 147. — A. Zévaès, Les Proscrits de la Commune, p. 20. — L. Descaves, Philémon..., op. cit., p. 167.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément