GUYOT Léger

Né le 10 juin 1824 à Auzers (Cantal) ; cordonnier ; communard.

Il était marié, père de trois enfants ; il avait fait faillite à Paris en 1870, puis avait été condamné à dix jours de prison pour détention d’armes.
Pendant la Commune de Paris, avec Ansel, Chilmann, Debeaumont, P. Mallet, Pascal, Passedouet, Pichot, Poujois et Vincent, il appartenait à la commission communale du XIXe arr. et fut chargé des questions de police et d’armée.
Il fut condamné par contumace, le 18 juillet 1873, par le 3e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée. Il fut amnistié en 1879. Il habitait alors Saint-Gilles (Belgique).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article61372, notice GUYOT Léger, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 28 août 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/852. — Arch. Min. Guerre, 3e conseil (n° 1017). — Arch. PPo., listes de contumaces. — Murailles... 1871, op. cit., pp. 242 et 465. — Arch. Gén. Roy. Belgique, dossier de Sûreté n° 289.409 (en 1880). — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Les Communards en exil. État de la proscription communaliste à Bruxelles et dans les faubourgs, Bruxelles, 1971.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément