HARLÉ Auguste, Alfred, Adolphe

Mécanicien, il habitait, 26, rue Sévigné, à Paris, IVe arr. ; militant de l’AIT.

Il présenta, en compagnie de dix-neuf autres citoyens, membres comme lui de l’Association Internationale des Travailleurs, un programme d’inspiration républicaine et socialiste lors des élections générales du mois de mai 1869 (Testut, L’Internationale, op. cit., pp. 21-23). Au 4e congrès de l’Internationale tenu à Bâle en septembre 1869, il fut donné lecture d’une lettre de Harlé du Cercle d’études sociales de Paris, déclarant que le Cercle s’était constitué en section de l’Internationale (cf. Compte rendu du congrès). En 1870, Harlé en fut un des secrétaires-correspondants (cf. Dict., t. IV, p. 53).
Harlé, qui signa le manifeste contre la guerre adressé aux travailleurs de tous pays en juillet 1870 (cf. Dict., t. IV, p. 45), fut traduit, le 9 août 1870, devant la 6e Chambre du tribunal correctionnel de Paris sous prévention d’avoir, depuis moins de trois ans à Paris, fait partie d’une association de plus de vingt personnes (Gazette des Tribunaux, 10 août 1870). La cause fut renvoyée.
Harlet — y a-t-il identité ? — membre de l’Internationale, protesta contre l’accusation portée contre l’AIT d’être une société secrète (cf. Le Rappel, et La Cloche, 22 juin 1870).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article61488, notice HARLÉ Auguste, Alfred, Adolphe, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 3 septembre 2019.
rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément