HOINVILLE Timothée

Né le 3 juin 1837 à Luneray, arr. de Dieppe (Seine-Inférieure) ; chapelier ; communard.

Il était célibataire. Pendant le Siège et sous la Commune de Paris, il appartint à la 4e compagnie de marche du 168e bataillon de la Garde nationale. Il paraît avoir travaillé du 1er mars au 8 avril 1871, mais servit ensuite la Commune et fut fait prisonnier le 23 mai dans Paris.
Les renseignements fournis par le commissaire de police du quartier de Clignancourt, XVIIIe arr., n’étaient pas défavorables, mais le disaient « homme d’opinions exaltées et qui approuvait tous les actes de la Commune ». D’après des témoins entendus au cours de l’instruction, Hoinville n’avait pas d’opinions politiques et n’aurait marché que par contrainte. Le 15e conseil de guerre le condamna, le 4 mai 1872, à la déportation simple ; le 13 septembre 1872, sa peine fut commuée en cinq ans de prison avec privation des droits civiques ; remise de la peine de prison fut accordée le 6 mars 1876.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article61806, notice HOINVILLE Timothée, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 13 septembre 2019.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/759.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément