HOLTZ Guillaume, Frédéric (ou Frédéric, Guillaume)

Né le 14 février 1844 à Wissembourg (Bas-Rhin) ; demeurant à Paris, 209, rue du Faubourg Saint-Denis (Xe arr.) ; typographe ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire. Il servit dans les rangs du 109e fédéré. Arrêté le 28 mai 1871, il fut incarcéré à Rochefort.
Il fut condamné, le 4 avril 1872, par le 12e conseil de guerre, à la déportation simple ; il arriva à Nouméa le 9 août 1874. Dans une lettre à sa famille en date du 22 février 1874, Holtz conte ainsi la traversée : « Voici comment nous étions à bord : nous étions enfermés dans des cages de fer, au nombre de cinquante ; les cages avaient douze mètres de long, trois de large et deux de haut ; nous montions qu’une heure par jour sur le pont et les autres vingt-trois heures, on restait enfermés ». Holtz fut gracié le 29 mars 1879 ; il rentra par la Loire

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article61816, notice HOLTZ Guillaume, Frédéric (ou Frédéric, Guillaume), version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 13 septembre 2019.

SOURCES : Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Arch. BB 24/823, n° 5736) ; le dossier renferme des lettres du condamné à sa famille : 30 décembre 1873, 22 février 1874, 31 juillet et 23 octobre 1875, 12 février 1876. — Louis Bretonnière, Roger Pérennès, L’Internement des prévenus de la Commune à Rochefort, Nantes, 1995. — Notes de M. Cordillot.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément