HUG Jean, Baptiste

Né le 2 décembre 1827 au grand-duché de Bade ; demeurant à Gentilly (Seine), 17, rue Duffaut ; carrier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, père d’un enfant. À la formation de la Garde nationale, il entra dans la 1re compagnie sédentaire du 97e bataillon et, bien qu’étranger, il continua son service pendant la Commune de Paris.
Le 15e conseil de guerre le condamna, le 4 avril 1872, à la déportation simple ; il arriva à Nouméa le 9 août 1874. Le 15 janvier 1879, il obtint la remise de sa peine et rentra par le Navarin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article61942, notice HUG Jean, Baptiste, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 19 septembre 2019.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/792. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément