HUGUES Joseph, Léon

Né à Saint-Claude (Jura) le 19 septembre 1840 ; fabricant de formes de chapeaux ; chef du 54e bataillon fédéré ; il appartint à la section de l’Internationale de Lausanne après la Commune.

Il était marié. Son dernier domicile connu avant 1871 était, 19, rue Réaumur, à Paris, IIe arr.
Hugues avait encouru, le 1er février 1853, une peine légère pour délit forestier (1 f d’amende infligée par le tribunal de Saint-Claude, le père étant civilement responsable).
Par contumace, le 6e conseil de guerre le condamna, le 8 février 1873, à la déportation dans une enceinte fortifiée. Réfugié à Lausanne, il fut délégué de la section de langue française de cette ville au 8e congrès de l’AIT « antiautoritaire » tenu à Berne les 26-29 octobre 1876. Hugues fut gracié le 24 mai 1879, mais sous condition d’arrêté d’expulsion. On pensait, en effet, qu’il s’était fait naturaliser Suisse, mais le directeur de la Sûreté générale écrivit au garde des Sceaux, le 17 octobre 1879, qu’il s’agissait d’une erreur ; sans doute l’arrêté d’expulsion fut-il alors rapporté.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article61966, notice HUGUES Joseph, Léon, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 21 novembre 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 27. — Arch. PPo., listes de contumaces. — Arch. fédérales, Berne. Flüchtlige, carton 53, cote actuelle.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément