HUMBERT Eugène, Louis

Né le 18 octobre 1848 à Saint-Cydroine, arr. de Joigny (Yonne) ; garçon limonadier ; communard.

Il était célibataire. Caporal, durant le 1er Siège, à la 4e compagnie du 200e bataillon de la Garde nationale, Humbert aurait cessé tout service après le 18 mars 1871, et n’aurait finalement accepté que par contrainte un emploi à l’Hôtel de Ville, dans le service des relations extérieures, sous la direction de Paschal Grousset. Il fut envoyé dans la Nièvre avec le grade de capitaine d’état-major afin d’y susciter un mouvement favorable à la Commune. Il aurait été « chargé d’un emploi spécial dans les télégraphes » — fonction de directeur, est-il dit ailleurs. Il quitta Paris le 14 mai et, arrivé à Nevers, se rendit au café de la Paume, lieu de rendez-vous des amis de la Commune de Paris. Ayant épuisé ses ressources, il chercha en vain du travail, prétendit-il, dans les environs de Nevers, puis rentra à Paris le 25 mai.

Arrêté, il comparut devant le 3e conseil de guerre qui, le 9 juillet 1872, le condamna à cinq ans de détention. Il n’avait subi antérieurement aucune condamnation.

Voir J.-A. Bernard.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article61991, notice HUMBERT Eugène, Louis, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 20 septembre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/765. — Gazette des Tribunaux, 8 et 9 juillet 1872.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément