MAGNÉ Philippe, Maxime

Né le 16 décembre 1889 à Sainte-Gemme (Charente-Inférieure, Charente-Maritime), mort le 14 janvier 1982 à Cognac (Charente) ; cheminot ; syndicaliste CGT du Loiret.

Fils d’un scieur de long, Philippe Magné, forgeron, était secrétaire du syndicat CGT des cheminots du Réseau État à Orléans (Loiret) en 1924. Il fut élu secrétaire de l’Union départementale confédérée en avril 1927, après le départ d’Armand Laratte. Au congrès de l’Union départementale du 21 avril 1929 (Montargis), Magné décrivit l’UD en constant progrès : 1924, 23 000 adhérents ; 1927, 30 000 ; 1928, 37 000. « En raison de ses charges de famille nouvelles », il quitta le secrétariat à partir du 25 avril 1929 mais resta délégué à la propagande. Robert Bothereau* lui succéda. En novembre 1929, il fut obligé « de quitter Orléans par suite de sa nomination aux ateliers des chemins de fer de l’État, réouverts à Saintes ».
Il se maria en 1919 et 1920 à Saint-Sornin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article6208, notice MAGNÉ Philippe, Maxime, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 7 janvier 2012.

SOURCES : Arch. Nat. F7/13672 et F7/13000. — L’Avenir syndical du Centre, 1926-1929. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément