JACQUET Félix, Eugène, Charles

Né le 25 mars 1838 à Morancez (Eure-et-Loir) ; demeurant à Paris, 24 bis, impasse Roussin (XVe arr.) ; garçon d’estaminet ; communard.

Il était marié, sans enfant. De 1849 à 1860, il avait été attaché à la maison du prince Jérôme Napoléon, qui, en raison de ses bons services, lui avait légué une rente viagère. De 1860 à 1866, Jacquet servit « chez différentes personnes notables ». En 1867, il était employé chez M. Dusantoy, tailleur, et fut nommé « surveillant d’une classe à l’Exposition Universelle ». À partir de ce moment il devint ivrogne et débauché : par suite, disait-on, de l’inconduite de sa femme qui l’avait quitté pour aller vivre avec un autre. Il fut condamné, en 1869, à quinze jours de prison pour coups volontaires.
Pendant le 1er Siège, il fut simple garde à la 1re compagnie de marche du 165e bataillon. Lors de l’armistice, il reprit sa place de garçon limonadier chez le sieur Ognier, gérant d’une maison de tolérance. Dans le courant d’avril 1871, il rejoignit son ancienne compagnie au fort d’Ivry et y resta jusqu’au 25 mai. On lui reprocha un homicide, le 25 mai, place de la Bastille, sur la personne d’un inconnu, à la suite d’une querelle.
Il fut condamné, le 28 mars 1872, par le 4e conseil de guerre, aux travaux forcés à perpétuité. Le jugement fut annulé et Jacquet fut condamné, le 21 juin 1872, par le 3e conseil de guerre, à la peine de mort ; peine commuée en travaux forcés à perpétuité le 14 septembre 1872. Après l’amnistie, Jacquet rentra par le Navarin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article62172, notice JACQUET Félix, Eugène, Charles, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 28 septembre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/760 et H colonies 176. — Arch. PPo., listes d’amnistiés.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément