JACQUET Sylvain, Auguste

Né le 29 décembre 1838 à Fleurat (Creuse) ; demeurant à Paris ; scieur de pierre ; communard.

Il était marié, père d’un enfant. Il était entré dans la 9e compagnie sédentaire du 178e bataillon lors de la formation de la Garde nationale. Après l’armistice il reprit son travail, puis, vers le 11 ou 12 avril 1871, il retourna à son ancien bataillon. Il tomba malade et resta un mois chez lui ; il abandonna ses armes le 26 mai et se réfugia dans les casemates de la porte de Bagnolet où il resta jusqu’à son arrestation, le 28 mai.
On recueillit sur lui des renseignements satisfaisants. Il fut condamné, le 25 mars 1872, par le 9e conseil de guerre, à dix ans de bannissement, à dix ans de surveillance et à la privation de ses droits civiques ; il obtint, le 8 octobre suivant, la remise des dix ans de bannissement et des dix ans de surveillance, mais la privation des droits civiques fut maintenue.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article62178, notice JACQUET Sylvain, Auguste, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 28 septembre 2019.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/756, n° 5757.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément