JAY Jean

Né à Saint-Martin-de-Belleville (Savoie) le 10 octobre 1836 ; ouvrier bronzeur ; considéré par son ancien capitaine, non rallié à la Commune, comme « l’un des agents les plus actifs de l’Internationale » ; communard.

Il était marié, père de deux enfants.
Jay, qui habitait Paris, fut caporal au 57e bataillon de la Garde nationale pendant le Siège. Il continua son service sous la Commune et fut élu sergent fin avril 1871. Il passa cinq jours à Neuilly, deux jours au Petit-Vanves et alla plusieurs fois aux avant-postes fin avril et courant mai.
Le 10e conseil de guerre le condamna, le 16 novembre 1871, à la déportation simple et à la dégradation civique, peine commuée, le 3 février 1872, en six ans de détention, dégradation civique maintenue, puis en quatre ans le 9 décembre 1874.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article62301, notice JAY Jean, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 3 octobre 2019.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/733, n° 81.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément