JOUIN Ernest, Auguste

Né le 7 mai 1829 à Paris ; garçon de magasin ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, père de deux enfants. Il avait fait un congé au 28e régiment de ligne et avait été libéré en 1856.
Pendant le 1er Siège, il servit comme lieutenant au 104e bataillon de la Garde nationale et continua son service sous la Commune de Paris. Il fut maintenu dans son grade aux élections du 4 avril 1871 et élu capitaine le 3 mai. Il avait quitté la maison Hachette parce qu’on ne lui donnait plus la moitié de ses appointements, soit 70 F par mois, et avait accepté d’être capitaine pour toucher 75 F.
Il fut condamné, le 11 novembre 1871, par le 10e conseil de guerre, à la déportation simple et à la privation des droits civiques ; il arriva à Nouméa le 4 mai 1873. Il fut bien noté en déportation et sa peine fut commuée, le 12 juillet 1877, en sept ans de détention ; il rentra, en 1878, par le Navarin. Remise du reste lui fut accordée le 9 septembre 1878.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article62488, notice JOUIN Ernest, Auguste, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 16 octobre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/753 et BB 27. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable