JULLIEN Augustin (ou Auguste)

Né le 14 (ou le 15) avril 1853 à Lyon (Rhône) ; demeurant à Paris, 12, cité Boufflers (XVIe arr.) ; garçon de cuisine ; communard.

Il était célibataire. Il avait été condamné deux fois à quinze jours de prison pour mendicité et tentative de vol. Il avait quitté ses parents à l’âge de douze ans et avait vécu de son travail. Pendant la guerre, il avait appartenu à un corps de Francs-Tireurs de Marsala et aux Garibaldiens d’Alger.
Il avait suivi l’armée des Vosges pendant toute la campagne et fut libéré à Marseille (Bouches-du-Rhône) le 7 mars 1871. Il arriva à Paris le 11 mars et s’engagea le 8 avril dans la 3e compagnie de marche du 55e bataillon fédéré ; il fut fait prisonnier dans la nuit du 3 au 4 mai au Moulin-Saquet et incarcéré à Rochefort.
Il fut condamné, le 20 février 1872, par le 11e conseil de guerre, à un an et un jour de prison, cinq ans de surveillance de la police avec privation des droits civiques.

Après sa libération de la prison centrale de Landerneau où il subit sa peine, Jullien déserta de la caserne de Limoges, à Versailles, où il avait été convoqué (classe 1874). Il passa en Suisse (il figure sur une liste des proscrits domiciliés dans le canton de Genève, 15 mai 1873), puis en Belgique, et arriva à Bruxelles le 17 mai 1874. Il fit tous les métiers : employé de commerce, houilleur, marchand ambulant, et résida successivement à Bruxelles, Charleroi, Cuesmes, Hornu, Montignies-sur-Sambre où il se maria en 1877.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article62577, notice JULLIEN Augustin (ou Auguste), version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 21 novembre 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/786. — Arch. générales Royaume Belgique, 4e section, police des étrangers, n° 278.294 (recherches de F. Sartorius). — Arch. fédérales Berne. Flüchtlinge, carton 53, cote actuelle. — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Les Communards en exil. État de la proscription communaliste à Bruxelles et dans les faubourgs, Bruxelles, 1971. — Louis Bretonnière, Roger Pérennès, L’Internement des prévenus de la Commune à Rochefort, Nantes, 1995. — Notes de M. Cordillot.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément