JUVANON Juste, Joseph

Né le 1er juillet 1816 à Blois (Loir-et-Cher) ; demeurant à Paris, 14, passage des Envierges (XXe arr.) ; bijoutier ; communard, mort en détention.

Il était veuf, père de trois enfants ; seul un enfant de quatorze ans était à sa charge. Il avait servi huit ans comme simple soldat au 51e régiment d’infanterie. Il fut libéré, le 10 septembre 1842, avec un certificat de bonne conduite.
Avant comme après le 18 mars 1871, il appartint à la 8e compagnie sédentaire du 173e bataillon de la Garde nationale ; il fut élu sous-lieutenant le 26 avril. Du 15 au 25 mai, il fut en service à la porte de Romainville ; le dernier jour, il fut fait prisonnier par les Prussiens.
Il disait n’avoir subi aucune condamnation. Il fut condamné, le 2 février 1872, par le 3e conseil de guerre, à deux ans de prison et à cinq ans de surveillance de la police ; il obtint la remise des cinq ans de surveillance, mais les deux ans de prison furent maintenus. Il fut incarcéré à la maison centrale de Landerneau où il mourut le 30 août 1873.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article62610, notice JUVANON Juste, Joseph, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 21 octobre 2019.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/741. — Arch. Mun. Brest (Finistère), État-civil. — Note de G.-M. Thomas.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément