KINTZ François, Xavier

Né le 12 avril 1847 à Guebwiller (Haut-Rhin) ; sapeur-pompier de la Ville de Paris ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

En 1865, il s’engagea dans un régiment de ligne ; le 9 septembre 1867, il entra dans le corps des sapeurs-pompiers, fut nommé capitaine en 1868 et chassé le 12 septembre 1870 à la suite de violences dont il s’était rendu coupable, étant ivre.
Simple sapeur-pompier au 18 mars 1871, il réunit ses camarades de la caserne du Château-d’Eau, le 26 mars, pour qu’ils procèdent à des élections. Il fut élu sergent d’abord, puis sous-lieutenant et lieutenant. Il conduisit une batterie au Trocadéro et travailla à la barricade de la porte Saint-Martin, Xe arr. « Meneur audacieux et intelligent » dit-on ; et le 6e conseil de guerre enregistra de lui cette phrase : « l’avenir est aux jeunes ».
Il fut condamné, le 14 septembre 1871, à la déportation simple ; il arriva à Nouméa le 2 novembre 1872. Sa peine fut commuée, le 20 avril 1879, en cinq ans de bannissement, puis remise le 5 juin 1879, et il rentra par la Loire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article62681, notice KINTZ François, Xavier, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 24 octobre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/734. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément