KOENENN Auguste

Né le 23 février 1832 à Moyeuvre-Grande (Moselle) ; appareilleur pour le gaz ; communard.

Auguste Koenenn était appareilleur pour le gaz. Il avait servi dans l’armée de 1853 à 1859 comme trompette au 10e régiment de dragons et comme musicien de 3e classe aux Dragons de l’Impératrice qu’il suivit en Italie.
Pendant le 1er Siège, il fit partie de la légion d’artillerie commandée par V. Schoelcher ; au début d’avril 1871, il entra comme trompette dans le 4e batterie d’artillerie de la Commune de Paris. Il passa 24 heures au fort de Vanves ; quelques jours après il donna sa démission puis fut contraint de reprendre du service. Fin avril, sa batterie fut détachée au Moulin-Saquet, mais n’y resta que 24 heures. De retour à Paris, Koenenn voulut encore démissionner ; il aurait été menacé d’être fusillé et le 22 mai fut forcé de travailler à la construction de barricades mais réussit à s’éclipser.
D’après de nombreux témoignages, c’était un ouvrier « honnête et laborieux » et, en septembre 1870, à deux reprises, il avait défendu des gardiens de la paix. Il fut condamné, le 26 décembre 1871, par le 16e conseil de guerre, à un an de prison et obtint sa grâce entière le 4 mai 1872.

Auguste Koenenn demeurait à Paris, 43, rue Vieille-du-Temple (IIIe arr.). Marié, il était père de deux enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article62712, notice KOENENN Auguste, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 25 octobre 2019.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/736.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément