KOZARSKI Alexandre, Napoléon, Léon

Né le 13 février 1848 à Saint-Étienne (Loire) ; domicilié à Paris, 66, boulevard de Rochechouart (XVIIIe arr.) ; employé de commerce ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Fils de Charles-Henri-Jules Kozarski, directeur de mines, sujet polonais, et de Colombe Geneviève Longbois, Kozarski habitait Paris depuis 1855. Il était le frère de Kozarski Charles : célibataire, il vivait en concubinage. Il étudia à l’Ecole polonaise.
Il s’engagea durant la guerre aux Francs-tireurs Alsaciens, puis dans la Légion garibaldienne à Paris ; Il servit ensuite dans les Francs-cavaliers de Châtillon dans la 4e brigade de l’armée des Vosges. Licencié en mars 1871, il prétendit avoir été arrêté comme espion par les fédérés le 23 ou le 24 mars et conduit devant le général Duval qui le plaça comme surveillant des écuries de l’état-major, place Vendôme (Ier arr.) ; vers le 15 avril, il entra comme lieutenant d’état-major dans les bureaux de la place.
Arrêté le 4 juillet 1872, libéré aussitôt, arrêté de nouveau en décembre 1872, il fut condamné avec circonstances atténuantes, le 16 janvier 1873, par le 10e conseil de guerre, à la déportation simple. Il fut à nouveau condamné pour vol par le tribunal de Paris le 20 mars 1873 à 15 mois de prison. Il fut embarqué à Quelern le 1er février 1874 sur la Sybille puis transbordé sur l’Alceste le 9 avril suivant et arriva en Nouvelle-Calédonie le 9 août. Son dossier indique « à surveiller » et « influent ». Sa peine fut commuée le 31 octobre 1878 en huit ans de détention et remise le 15 janvier 1879, il rentra par le Calvados.
Misérable, il exerça plusieurs métiers et erra dans la région parisienne espérant trouver fortune auprès de sa famille polonaise. Il fut retrouvé mort asphyxié dans une carrière, rue de Vincennes à Bagnolet le 15 janvier 1898.
Voir W. Wroblewski.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article62739, notice KOZARSKI Alexandre, Napoléon, Léon, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 31 octobre 2019.

SOURCES : Arch. Min Guerre, GR 8 J 303 (714) et Lg 4. — ANOM COL H 86. — Arch. Nat., BB 24/794, n° 5846. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Arch. Paris, V4E 8299 (128). — La Lanterne, 21 janvier 1898. — Notes de Louis Bretonnière et de Pierre-Henri Zaidman.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément