LACOUR François [Commune]

Né à Clichy (Seine) en 1842 ; teinturier ; communard, officier de la Garde nationale.

Il était marié. Capitaine adjudant-major, sous la Commune de Paris, au 34e bataillon fédéré, il fut condamné par contumace à la déportation dans une enceinte fortifiée le 21 janvier 1873, par le 10e conseil de guerre, et gracié le 29 mai 1879.
Dans un courrier en date du 22 septembre 1871, le commissaire de police de Beaumont-sur-Sarthe informait le sous-préfet de Mamers que ses recherches concernant le « nommé LACOUR, ancien écuyer de l’hippodrome de Paris, qui a agi dans l’insurrection du 18 mars en qualité de chef du 121e fédérés », étaient vaines.
« On croit qu’il est décédé en 1871 chez ses parents à Franconville (Seine-et-Oise) où il s’était retiré peu après le rétablissement de l’ordre », mais, le 25 avril 1879, le Parquet du tribunal civil de Pontoise indiquait qu’il n’y avait à Franconville aucun acte de décès applicable à François Lacour.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article62885, notice LACOUR François [Commune], version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 6 août 2021.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/863. — Arch. Min. Guerre, 10e conseil (n° 722). — Arch. PPo., listes de contumaces. — AD 72, dossier cote 2Z105. — Note de Guy Blondeau.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément