LANDRIEUX Philippe, dit Tassart Thomas

Né le 14 août 1824 à Tournai (Belgique) ; communard.

Il était marié et père de famille (Voir son fils, François Landrieux). Établi tisserand en bonneterie de 1865 à 1871, 173 rue de Bagnolet (Paris XXe), Landrieux vivait en concubinage avec Louise Tassard, dont il avait eu un grand nombre d’enfants.
Dès la fin de l’Empire, Landrieux se fit remarquer pour ses idées révolutionnaires. Simple garde au 159e bataillon de la Garde nationale pendant le Premier Siège, il continua de servir après le 18 mars 1871 en qualité de délégué de son bataillon auprès des autorités du XXe arrondissement. Vers la fin avril, il entra avec son fils dans la batterie d’artillerie des Enfants perdus. Il fut rayé des contrôles de cette unité le 14 mai, très probablement à l’époque où il fut nommé membre du jury d’accusation institué par la Commune. Landrieux aurait alors contribué à l’établissement d’une liste de suspect. On lui reprocha également l’incarcération d’un de ses voisins, qui ne dut son salut qu’à l’intervention d’autres habitants de la rue de Bagnolet. En outre la famille Landrieux fut accusée de diverses déprédations et violences commises durant les combats des derniers jours.
Après la défaite, Landrieux et sa famille se réfugièrent à Malakoff, 209 rue Vanves (Cité St Charles). Convoqué par la police à la suite d’une querelle de voisinage, Landrieux prétendit s’appeler Thomas Tassart, du nom de sa concubine. Mais la police éventa le stratagème, et Landrieux fut convoqué par le rapporteur du 3e conseil de guerre le 23 décembre 1873. Il quitta immédiatement la France pour se réfugier en Belgique, imité quelques jours plus tard par son fils et le reste de sa famille. Il fut condamné par contumace, le 26 juin 1874, par le 3e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée, puis amnistié en 1879 contre expulsion du territoire français.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article63205, notice LANDRIEUX Philippe, dit Tassart Thomas, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 10 novembre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/857. — Arch. Min. Guerre, 3e conseil (n° 1739). — Arch. PPo., listes de contumaces. — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Belges ralliés à la Commune de Paris, Bruxelles, Ferraton, 1985. — Notes de M. Cordillot.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément