LANDRIN Hippolyte

Monteur en bronze à Paris ; membre de la Commission ouvrière de 1867 ; adhérent de l’AIT.

En 1867, Hippolyte Landrin fit partie, avec Lachaussée et Huet, de la délégation des monteurs en bronze parisiens à l’Exposition universelle, qui fut nommée sans le concours de la commission d’encouragement impériale. Il devint membre à ce titre de la Commission ouvrière fondée à cette occasion.
Il habitait alors 12, rue rue de Belleyme.
En septembre 1870, Hippolyte Landrin appartenait à la commission dirigeante de la société des ouvriers en bronze adhérente à l’Internationale. Cf. Dict., t. IV, pp. 72-73.
Nous ignorons s’il y avait rapport de parenté entre Hippolyte et les frères Landrin Émile et Léon, tous les trois ouvriers en bronze et membres de la société.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article63207, notice LANDRIN Hippolyte, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 10 novembre 2019.

SOURCE : Eugène Tartaret, Commission ouvrière de 1867. Recueil des procès-verbaux des assemblées générales des délégués et des membres des bureaux électoraux, Paris, Imp. Augros, 1868, X-320 p. — Notes de R. Skoutelsky.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément