LANSON Gustave, Jean

Né le 27 décembre 1838 à Paris ; y demeurant ; lithographe ; domicilié 6, rue de la Montagne-Sainte-Geneviève (Ve arr.) ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire. D’après les sommiers, il aurait été condamné, le 7 juillet 1858, à vingt jours de prison pour coups et rébellion.
Pendant le 1er Siège, il était sergent dans une compagnie de marche du 118e bataillon de la Garde nationale et fut nommé sous-lieutenant sous la Commune de Paris, mais il prétendait avoir obtenu ce grade dès février 1871. Du 6 au 23 mai il fit le service de tranchées ou de barricades à Arcueil ; il aurait cessé toute activité le 23 et fut arrêté chez sa mère le 25.
Il affirma n’avoir jamais subi de condamnations et produisit des certificats favorables de ses anciens patrons. Incarcéré au château d’Oléron, puis au fort des Saumonards, il fut condamné le 17 février 1872, par le 16e conseil de guerre, à la déportation simple. Il arriva à Nouméa le 28 septembre 1873. Il eut de bonnes notes en déportation ; le 25 mai 1877, sa peine fut commuée en huit ans de détention ; il arriva à Belle-Île par la Loire, le 15 janvier 1878. Il était encore bien noté en avril 1878 et obtint la remise du reste de sa condamnation le 22 mai 1878.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article63281, notice LANSON Gustave, Jean, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 12 novembre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/758 et BB 27. — Louis Bretonnière, Roger Pérrenès, L’Internement des prévenus de la Commune à Rochefort, Nantes, Université Inter-Ages, 1995. — Notes de M. Cordillot et de L. Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément